Le Ramadan (2020-1441) à l’épreuve du confinement

Le Ramadan (2020-1441) à l’épreuve du confinement

Tandis que les fêtes majeures des 3 religions monothéistes vont succéder en avril et mai (Pessah, Pâques, et Ramadan 2020), les plus hautes autorités religieuses s’inquiètent des regroupements festifs que celles-ci pourraient provoquer. “Elles sont habituellement l’occasion de réunions festives et familiales. Celles-ci sont alors considérées comme étant ‘des sources de risques pour le confinement”, ajoute Edouard Philippe, le Premier Ministre.
Mohamed Moussaoui, le président du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM), appelle donc les préfectures à prendre des mesures efficaces pour faire respecter le confinement. “Les mesures de confinement et de restriction doivent être absolument respectées”, insiste le président du Conseil.
Les fidèles des trois grandes religions monothéistes (christianisme, le judaïsme et l’islam) se retrouvent ainsi privés de mosquées, de synagogues et d’églises.
L’idée a d’abord semblé impossible à certains croyants pratiquants. Un ramadan 2020 sans fêtes à la tombée de la nuit. Sans grandes tablées réunissant diverses générations. Sans prière commune le soir. Sans après-midi à la mosquée…
Mais à 10 jours du début du mois de Ramadan (1441-2020), qui, selon les calculs astronomiques, devrait commencer le samedi 25 avril, la plupart des fidèles ont fini par se faire une raison : ce sera un ‘ramadan confiné’.

Les cultes à distance

Tout n’est pas interdit, rappelle Mohamed Moussaoui. Grâce aux réseaux sociaux et médias, plusieurs représentants des religions parviennent à garder le lien avec leur communauté.
Chaque vendredi, Tareq Oubrou, imam et essayiste français, diffuse son son sermon, en direct, via YouTube et se tient disponible pour répondre à toutes les questions. “Les fidèles musulmans, tout comme les autres, ont besoin d’un accompagnement psycho-spirituel”, ajoute-t-il.
Le message est bien clair : les lieux de culte (Églises, Mosquées, Synagogues, Temples, etc.) doivent également respecter la consigne interdisant les rassemblements.
Les célébrations peuvent ainsi être fêtées à huis clos par les ministres du culte (membre du gouvernement, en charge des religions, des rites ou des cultes) et enregistrées en vidéo pour être diffusées à la communauté.
Le cadre de ces enregistrements devra, lui également, respecter rigoureusement les mesures de distanciation sociale et les règles du confinement. Quant aux célébrations du mois de Ramadan 2020, les membres du Conseil Français du Culte Musulman estiment que plusieurs points nécessitent une vigilance spécifique.

scriptsell.neteDataStyle - Best Wordpress Services