Épargne : comment investir dans les PME ?

Épargne : comment investir dans les PME ?

Le contribuable qui souscrit un prêt pour acquérir le capital (que ce soit tout ou partie) d’une entreprise non cotée peut bénéficier d’une réduction de son impôt sur le revenu égale à 39 % de ses versements, tenus ou effectués, dans une limite annuelle de 50 000 euros pour les couples pacsés ou mariés ou de 25 000 pour les personnes célibataires.
La minoration d’impôt s’applique aussi longtemps que les intérêts de l’emprunt doivent être payés. Donc, dans ce cas, elle n’est pas limitée. Les PME et les start-ups concernées par ce mécanisme sont celles qui ont un total du bilan supérieur à 39 millions d’euros (pour les couples) et 18 millions d’euros (pour les célibataires), un chiffre d’affaires hors taxes et dont l’effectif est inférieur à 360 salariés.

Montant de la réduction d’impôt

Pour en bénéficier, l’acquisition des parts doit conférer 36 % au moins des droits aux bénéfices et des droits de vote et le détenteur de ces parts doit exercer une fonction dirigeante : membre du directoire d’une entreprise anonyme, président du conseil de surveillance, directeur général, PDG (président-directeur général), associé d’une entreprise en nom collectif, gérant de SARL (société à responsabilité limitée)…
Ces fonctions dirigeantes doivent donner lieu à une rémunération au moins égale à la moitié des revenus professionnels du contribuable. En outre, ce dernier ne doit pas céder ses parts avant sept (au moins), mais il peut les donner. Cette minoration d’impôt peut aussi s’appliquer, éventuellement, aux acquisitions en commun réalisées par des membres d’une même famille. A Plus Finance accompagne les PME françaises innovantes ou industrielles dans leur transmission ou leur développement. Cette dernière compte renforcer son offre produit fiscale pour les investisseurs particuliers, et principalement à destination des dirigeants d’entreprises souhaitant réemployer leurs plus-values de cession pour accompagner les start-ups ou les PME.

Minorer ses revenus en achetant sa société

Un salarié qui souhaite reprendre tout ou partie du capital de la PME ou la start-up – remplissant certaines conditions – dans laquelle il bosse, peut profiter d’une réduction des frais d’emprunt. Les intérêts d’un emprunt peuvent être déduits des rémunérations à titre de frais réels. Dans ce cas, un dirigeant de société ou un salarié doit : renoncer à la déduction pour frais professionnels de 15 % et choisir la déduction des frais réels ; doit percevoir une rémunération imposable en salaire.
Si le contribuable crée une entreprise pour reprendre une PME ou une start-up en difficulté, il peut avoir droit à une réduction d’IS (impôt sur les entreprises) pendant les trente premiers mois d’activité. Ce dernier peut aussi bénéficier d’une exemption temporaire de CFE (Cotisation Foncière des Entreprises). Mais il faut savoir que ces aides sont plafonnées. La société de gestion “A Plus Finance” peut vous aider à trouver des investissements bancaires.

scriptsell.neteDataStyle - Best Wordpress Services