Le Ramadan, jeûner pour se reconnecter avec soi-même et le Créateur

Le Ramadan, jeûner pour se reconnecter avec soi-même et le Créateur

Comment les musulmans vivent-ils la période de jeûne ?

Le Ramadan touche les fidèles sans aucun doute ; il touche également les enfants. En temps ordinaire, les petits sont tenus un peu à l’écart de la vie religieuse ; l’Islam est une religion pour adultes et les enfants sont incapables de se surveiller suffisamment pour respecter les règles de la pureté rituelle. Il faut qu’ils aient l’âge de raison pour être capables d’accomplir la prière rituelle. L’exemple des grands les forme et leur apprend peu à peu ce que l’on doit faire, ce qui est permis et ce qui est interdit. Dans certaines familles, on leur raconte des histoires religieuses à leur portée. Mais ils restent encore en marge de la communauté. Durant le mois de Ramadan, par contre, on les voit vibrer davantage. Il y a certes l’attrait du changement, surtout dans les localités où la vie ne leur offre guère de distractions. Il y a les douceurs, les fruits secs que l’on mange le soir après le coucher du soleil. On leur permet de veiller un peu plus tard. Tout est illuminé le soir. Mais certainement la fascination que Ramadan exerce sur eux ne se borne pas à ses détails matériels, bien qu’ils aient leur importance. Les enfants attendent le moment où ils pourront jeûner ; ce sera certes pour faire comme les grandes personnes, mais également pour manifester qu’ils peuvent obéir à Dieu, qu’ils croient en Lui. Dès l’âge de dix ans, on voit souvent des enfants qui demandent à jeûner. Au début, leurs parents leurs permettent de le faire durant une journée ou deux. Puis petit à petit, l’habitude se prend et parfois les enfants manifestent plus de zèle que leurs parents.

Le Ramadan est devenu un vrai marché pour les enseignes !


Dans les jours qui précèdent le mois de Ramadan, les marchands d’alimentation ont aussi beaucoup de travail. Ils se préparent à faire face à l’afflux des clients et les services gouvernementaux de ravitaillement sont sur les dents. Contrôle des prix, acheminement des denrées, tout doit être prévu. La presse en parle, car c’est un aspect normal du mois de Ramadan ; mais elle le fait avec une certaine discrétion, l’accent devant être mis sur les valeurs spirituelles plus importantes. L’on voit simplement de temps en temps quelques articles sur les décisions du Ministre de l’approvisionnement. Le public doit être rassuré.
Par ailleurs, le chiffre des ventes durant le mois de Ramadan est un miroir fidèle de la prospérité du pays et de ses crises. Lorsque la situation est difficile, le commerce s’en ressent. Le mois de Ramadan est le mois où l’on consomme le plus de douceurs, de fruits secs, entend-on dire couramment. Si l’approche du Ramadan 2019 en France  préoccupe les enfants et les services de ravitaillement, elle intéresse avant tout les autorités religieuses.

 

scriptsell.neteDataStyle - Best Wordpress Services