Les nouvelles initiatives de la ministre du Travail Muriel Pénicaud

Les nouvelles initiatives de la ministre du Travail Muriel Pénicaud

Tout juste en fonction, après son investiture depuis le 17 mai dernier, la ministre du travail Muriel Pénicaud, ancienne directrice générale des ressources humaines de Danone, a pris un certain nombre de décision, comme son engagement envers les représentants syndicaux du groupe Agora distribution, dont l’enseigne Tati et sa promesse d’intervenir en faveur des salariés. Cette enseigne qui est en redressement judiciaire depuis le 4 mai et dont les salariés attendent la décision de l’administrateur judiciaire, Philippe Jeannerot, de terminer son étude de viabilité des offres de reprise. Mais encore, la ministre a fait part de sa décision, de ne pas commenter les chiffres du chômage de pôle emploi qui sont communiqués chaque mois.

La ministre met de côté les chiffres du pôle emploi

En effet après la forte baisse du chômage depuis janvier 2017, presque moins 1 % avec moins de 36 300 chômeurs dans la catégorie A, selon les chiffres de pôle emploi. « On sait bien pourquoi on a un écart un peu effroyable, c’est à cause des gens qui passe de catégorie en catégorie, passant de la catégorie A au catégorie B et C, signifiant que ses gens ont un peu travaillé qui ne sont plus totalement sans activité » comme a déclaré Nicolas Doze l’expert en économie de BFM TV. Ce ne sont que des biais d’organisation interne de pôle emploi, comme le cas en mars avec l’augmentation de taux de chômeurs a plus de 40 700, alors que le nombre des nouveaux inscrits est stable. Donc ses chiffres sont biaisés et le grand écart entre avril et mars sont là pour le démontrer. Pour cette raison que Muriel Pénicaud a pris la décision de ne plus commenter, les chiffres mensuels de pôle emploi. Vu les chiffres ne reflète pas la réalité, il suffit qu’un chômeur soit en formation et qu’il passe de catégorie A à catégorie D pour qu’il ne sera plus compter dans le taux de chômeur. Par contre il y a un chiffre qui compte, c’est les statistiques de l’Insee réalisés au bureau international du travail, donc elle permet la comparaison internationale, en plus du fait que c’est un chiffre qui donne une vraie idée sur le marché de l’emploi en France, parce qu’il tient compte de la démographie et de la population active. Pour le premier trimestre de 2017, le taux de chômage en France est de 9.6 %, c’est le même qu’au début du quinquennat de François Hollande.

Réaction des journalistes

A déclaré le journaliste de BFM TV, « le moins 1% du mois de janvier, c’est une bonne nouvelle qui n’a aucun sens, en effet, nous avons fait moins 36 300 du taux de chômeurs en avril et plus 40 700 en mars ce ne veut rien dire. La ministre du travail a tout à fait raison de prendre cette décision. »

Donc c’est une bonne décision, d’avoir des statistiques trimestrielles du taux de chômage réalisé par l’Insee. Ce qui donnera plus de temps est c’est l’idéal vu que l’univers économique et surtout le marché de l’emploi prend plus de temps pour évoluer.

En attendant, espérons que les statistiques de juin n’incluent pas les 300 ou 400 salariés de Tati qui ne seront pas inclus dans les offres proposées. Puisque Philippe Jeannerot l’administrateur judiciaire en charge du redressement de Tati annoncera la décision du tribunal vers mi-juin.

 

scriptsell.neteDataStyle - Best Wordpress Services